Centre National de L'expertise (CNE) - Expert Immobilier

Diagnostic termites


Présentation du diagnostic termites :

A l’heure actuelle, seule une vingtaine de départements serait concernée par ces insectes xylophages, provoquant de graves dégâts. Cependant, il semble que cette population d’insectes se développe petit à petit sur la totalité de l’hexagone.

Pour lutter efficacement contre ces insectes nuisibles et dévastateurs, comprenant termites et autres insectes à larve xylophages, dans des biens construits ou non, une loi a été votée par le Parlement le 8 juin 1999, obligeant par arrêté préfectoral d’une part, un constat de l’état parasitaire pour la totalité des biens vendus se situant dans une zone à risque, mais aussi et surtout une indépendance claire et nette entre d’une part, les personnes chargées d’un diagnostic de l’état parasitaire et, d’autre part, les entreprises chargées de l’analyse et du traitement.

L’examen est réalisé sur les encadrements de portes et de fenêtres, sur les parquets, sur les plinthes, les boiseries apparentes, les tapis de sol, les escaliers, les poutres apparentes, les charpentes et la totalité des parties en bois visibles et accessibles, mais également sur les terrains formant sols de bâtiments sur plan et matrice cadastrale. Le constat réalisé est valide le jour même de la visite du bien ; Il est dit que, selon la loi, pour chaque transaction immobilière réalisée, le diagnostic termites est alors utilisable pendant les 6 prochains mois. Dans le cas de découverte de termites, il est impératif qu’une déclaration soit effectuée auprès de la mairie par le demeurant ou en cas d’absence du demeurant, par le propriétaire (Selon l’article 2 de la Loi n°99-471 du 8 juin 1999). La région sud-ouest de la France connait malheureusement bien ces termites qui causent de 

 

nombreux dégâts irréparables. Et aujourd’hui, cette marée de termites ne fait que grandir dans cette région. 54 départements sont concernés selon le CTBA (Centre technique du Bois et de l’Ameublement) à des niveaux différents selon la zone géographique. Il a également été montré qu’une progression vers le Nord et l’Est existe aujourd’hui.

Le termite est l’insecte responsable des plus grands dégâts dans les habitations. Si vous découvrez cet insecte au sein de votre habitation, vous êtes dans l’obligation de déclarer sa présence auprès de la mairie de votre commune.

 

Les termites, insectes sociaux par excellence :

  • Des tâches bien déterminées. Les termites rencontrés dans les constructions en France sont du type Reticuliterme. Ces termites fonctionnent selon un modèle social bien déterminé: chacun a une tâche qui lui est propre, contrairement aux fourmis ou aux abeilles.
  • Les travailleurs, nourriciers du groupe. Blanc et se déplaçant rapidement, ce sont les plus nombreux du groupe. Leur tâche appelée «trophallaxie» consiste à manger la cellulose, à la digérer pour ensuite la régurgiter pour nourrir les autres membres du groupe. En quête continue de nourriture, les termites travailleurs cherchent sans s’affaiblir. A l’origine des plus gros dégâts, ces termites bâtissent également les « cordonnets » qui,observés sur les murs d’un bâtiment, dévoilent l’occupation de termites: cela leur permet de parcourir de minuscules espaces, tout en préservant la lumière.
  • Les combattants, protecteurs du groupe. Pourtant de même dimension et de même couleur, ils sont beaucoup moins nombreux. Ils se différencient grâce à une tête surdéveloppée par rapport à l’ensemble du corps, très colorée et deux énormes mandibules, qui sont une redoutable défense contre leurs principaux adversaires, les fourmis. Cette tête surdimensionnée les empêche cependant de se nourrir seul: c’est par trophallaxie que les travailleurs les nourrissent.
  • La migration ou l’exploration de nouveau bois. L’affirmation distincte de la présence des termites, la migration s’effectue entre janvier et avril, une fois par an, selon les espèces. Des centaines de géniteurs ailés s’envolent par les cavités creusées par les travailleurs. Des couples se reproduiront et pour les plus chanceux, s’égareront dans une caverne creusée dans du bois, où ils pourront développer brièvement une nouvelle population.
  • Les binômes géniteurs. Une étonnante fécondité. Les troupes de termites ainsi observés en France comportent plusieurs couples reproducteurs. Le duo initial vient d’une migration qui a donné naissance à un groupe. Par la suite, des habitants passent tour à tour du géniteur mâle à la femelle. Ces individus néoténiques participent au bon développement du groupe sans souffrir des contraintes imposées par le monde extérieur. Ce mode de développement permet au groupe de termites ainsi constitué de se multiplier par méthode de bouturage, au gré des accidents de terrains, déplacements de terre…
  • Des parasites délicats à appréhender. Mis à part les géniteurs pourvus d’ailes, la totalité des autres individus sont aveugles et de ce fait extrêmement sensibles à la lumière, et la fuient. Ceci explique le fait qu’ils travaillent exclusivement dans le bois, fuyant toute source de lumière. Les espaces forestiers tempérés français, tels que la Charente, le Sud-Ouest, le Roussillon, ou la Côte d’Azur, sont des terrains les plus appréciés des termites. Cela fait des siècles qu’ils participent activement à l’équilibre écologique en se nourrissant de bois mort, en débarrassant la forêt de vieilles branches ou souches d’arbres morts, ou d’autres débris végétaux, et ce à une vitesse déconcertante. Car les termites ne peuvent en effet pas s’attaquer à des arbres sains : ces derniers libèrent des toxines défensives nuisibles aux termites. A ce niveau là, donc, les termites ne représentent aucun danger que ce soit…
  • De la forêt jusqu’à la maison. Les termites ont malheureusement quitté leur domaine forestier pour venir squatter les habitations et ronger les parties en bois comme les boiseries, les encadrements, les charpentes. Ce phénomène s’étale de façon inquiétante depuis une dizaine d’années.
  • Un bilan affolant. Si on décide d’établir un bilan, on constate que les dégâts provoqués par les termites, que ce soit en milieu rural ou urbain, sont considérables et cela devient un véritable fléau.
  • Les dégâts sournois et catastrophiques. Les bois qui sont attaqués par les termites ne montrent généralement aucun symptôme en surface; ils montrent au contraire un aspect parfait. Il est ainsi impossible de réaliser à l’œil nu un diagnostic, et de constater l’étendue des dégâts en profondeur. En pratique, l’intérieur du bois montre qu’il a été rongé en lamelles, et ce, dans le sens des fibres. Le souci majeur est que aucun rejet de sciure n’est constaté, ce qui rend impossible la déclaration de cet état d’alerte et de prouver l’existence de termites dans le bois: en fait ces derniers perforent bien la pellicule externe du bois (papier peint, bois superficiel, peinture), mais se dépêchent de reboucher la cavité en associant leur salive à leurs déjections. On ne constate en conséquence qu’une petite marque brunâtre de la taille d’une tête d’épingle. De façon générale, les termites s’attaquent à tout matériau cellulosique. Non seulement, leurs mets favoris sont constitués bien sûr de meubles, d’encadrements, de plinthes, de charpentes ou de doubles cloisons, mais aussi et surtout, de livres, de cartons et d’archives! C’est peu de dire à quel point le patrimoine familial peut être brusquement dévalorisé!
  • Une catastrophe en plein essor. Sans vouloir céder à la panique, il est nécessaire de rappeler toutefois, que peu à peu, la quantité de surfaces infectées augmente: les termites avancent régulièrement vers le Nord et l’Est du pays. Il semblerait qu’aujourd’hui, 54 départements soient infectés.
  • Les causes de cet essor. De multiples causes sont en mesure d’expliquer l’essor de ce phénomène.L’utilisation de bois à fibres peu solides comme le pin se développe davantage aujourd’hui. De plus, l’emploi de bois de chauffage pour les habitations particulières connait un véritable essor. Le déplacement de matériaux de construction et de gravats contribuent également à ce transfert de région en région.
  • L’infestation atteint également la ville de Paris. La majorité des arbres sont atteints par le fléau des termites, ce qui augmente la menace sur les immeubles d’un grand nombre d’arrondissements.

Le capricorne des maisons :

  • Bois agressés : seule la partie aubieuse des arbres résineux est concernée (planchers, olives, charpentes, menuiseries).
  • Apparence des dommages : on constate des cavités de sortie de forme ovale de 5 à 8 mm ainsi que des tunnels ayant de la farine de bois.
  • Profil : C’est une larve blanche de 2 à 8 mm et qui peut aller jusqu’à 10/20 mm pour un capricorne adulte en étant brun foncé.
  • Localisation géographique : observée majoritairement en Europe (à l’exception des régions des pays scandinaves).

Le lyctus :

  • Bois agressés: les bois d’origine tropicale et les feuillus riches en amidon.
  • Apparence des dommages: on constate des cavités de sortie circulaire de 1 à 2 mm. Les tunnels sont circulaires, parallèles aux lamelles du bois.
  • Profil: c’est une larve blanchâtre de longueur de 5 à 7 mm, pouvant aller jusqu’à 2,5 à 6 mm pour les adultes, de couleur brun foncé.
  • Localisation géographique: on l’observe dans le monde entier.

La mérule :

  • Bois agressés: Toutes les essences de bois sont concernées.
  • Apparence des dommages: Le bois se décompose sous forme de plaquettes ou de dès et se recouvre de filaments bruns ou blancs.
  • Profil: Filaments et ouate blanc, marrons et beiges.
  • Raison des dégâts: humidité supérieure à 22%. L’optimum est une température entre 20 et 26°C avec 35% d’humidité.

Les vrillettes :

  • Bois agressés: ce sont des Résineux et des feuillus infectés par des champignons et moisissures de forme cubique ou fibreuse.
  • Apparence des dommages: on constate la présence de vrillettes par la présence de cavités de sortie circulaire de 1 à 4 mm. Les tunnels sont circulaires, parallèles aux lamelles du bois.
  • Profil: C’est une larve blanche de longueur 2 à 8 mm, et qui peut aller jusqu’à 2,5 à 7 mm pour l’état adulte et de couleur brun foncé.
  • Localisation géographique: on l’observe dans le monde entier.

Les autres diagnostics immobiliers :

Trouver un
expert immobilier
agréé C.N.E
630 Experts
à votre services
en France et à l'étranger

Centre National de l’Expertise

Premier réseau d'experts immobilier en France

Experts immobiliers

Les formations proposées par le CNE

Lexpertim

Logiciel d’expertises